M'en aller loin de moi



Pourquoi ne puis-je chasser
De ma petite mémoire vive
Ce moment qu'il faut classer
Avant que le temps ne dérive
Et l'entraîne dans ses méandres ?
Pourquoi ne puis-je oublier,
Comment cesser de l'entendre,
Comment bloquer le sablier ?
(refrain)
Je voudrais disparaître,
M'en aller loin de moi,
Devenir mon seul maître,
L'esclave de mes émois,
Afin que tu comprennes
À quel point je suis toi
Ton regard tient mes rênes,
Ton sourire guide ma voie.
Qu'ils sont doux, ces souvenirs,
Quand, au milieu de la foule,
Je te voyais ainsi survenir,
Comme une vague qui soudain roule,
Fait le tour de la salle,
Contourne tous les danseurs
Tous et chacun, tu emballes,
Tu répands ta bonne humeur
(refrain)
Vite, je me suis accroché,
J'ai voulu faire connaissance
Un jour, me suis approché,
Mais, jouant de malchance,
De quelques mots balancés,
Je n'ai su tu faire rire,
Depuis, j'ai eu beau m'élancer
Tu n'as cessé de t'enfuir.
(refrain)
Je sais, je suis pathétique,
Et tellement ennuyant,
Si peu athlétique,
Loin d'être un élégant.
Ton amitié, je n'ai pas su,
Soit la gagner, soit la mériter.
Peut-être t'ai-je décu ?
Sur cela, je me dois de méditer,
(refrain)
Nous aurions pu être amis,
Nous saluer l'un l'autre,
Jaser pendant une heure et demie,
Danser collés l'un contre l'autre.
Peut-être, lors d'une soirée,
Tu me demanderas des nouvelles,
Ou, même, me feras danser ?
Alors, je serai heureux, ma belle.
(refrain)