Moi and Me, poème prosaïque et naïf


Dans ces vers, dans cette prose,
Je vais conter, par petites doses,
L'histoire de deux frères ennemis,
Qui partageaient un seul corps uni.
C'est une histoire à peine romancée,
D'un cas de double personnalité.

Quand j'étais enfant,
Et même adolescent,
Souvent, je pleurais.
De moi, les autres riaient.

Pour fuir ces êtres animals,
Et éviter un monde infernal,
Je me réfugiai en moi-même,
Me cachai derrière un autre moi-même.

But, I was also a person full of talents, full of promises.  Sciences had no secret for me.    I could be a book writer, a prophet of tomorrow, the greatest computer expert.  And I
could do it ALONE.  I was so strong that I needed nobody to help me.  Science was safe for me and I went in that world. How reputed I was.  People believed I would collect diplomas or get money or glory, discover the solution to any disease.

I grow with no friends, or so few.  They don't trust me, I don't trust them.  I will be somebody, will go out of these persons that I used to see in high school.  Sure I will be happy with my equals.

Mon avis, ce savant n'a pas demandé.
Comme un mort, il m'a enterré.
J'aurais pourtant voulu avoir des copains,
Ne pas vivre que pour moi, en vain.

I got my first diploma, and my first job.  Then, this jerk in me came back.  He fell in love and he didn't even know how to love!  A truly jerk.

Elle me fit simplement un sourire,
Qui me tira du néant, ma tanière.
Enfin, quelqu'un qui me désire,
Et ce n'est pas pour ma grise matière.
J'ai un coeur, je le sens enfin battre.
Pour revivre, je vais me battre.

Mais, comment pourrais-je lui parler,
Lui dire des mots pour la troubler.
Avant elle, je n'ai connu personne,
J'étais comme quelqu'un qu'on emprisonne,
Comme un ermite sur un mont solitaire,
Qui n'en finit plus de se taire.
 
Don't get foolish, my sensible part.  You don't need that girl.  She is just a copyist, and you are an executive.  Anyway, you will not find the words.  You have no skill with girls.

Une simple carte postale,
Cela ne peut faire mal.
Tenter ainsi une première liaison,
Pour que de l'amour débute la saison.
Puis, une amie nous invite tous les deux,
Et nous repartons en amoureux:
Enfin, nous allons, la main dans la main,
Vers un amour pourtant sans lendemain.

Je la ramène chez elle, sans détour.
Un baiser et «Bonsoir, mon amour!»
Il est tard, le métro est fermé.
Chez moi, je ne peux rentré.
Chez des parents je passe la nuit.
Je ne veux pas que sa réputation soit ternie,
Qu'on pense que nous étions toute la nuit ensemble,
C'est normal.  Enfin, il me semble.

You are right, my friend.  I let you get this first night of glory.    I will even try to extend it.  I know more about girls than you, because I lived more than you.    If everybody shot you with remarks, you will be hurt.  So, don't be too romantic.  Be straight, like me.  Yes, let me see her the first.    Otherwise, you may be too loveable.

This Friday morning, I saw your girl friend.  I just say hello.    Many people were there and I talked with all them.  She is safe.  Nobody will ever think you are in love, even her!

De nouveau, je la rencontre, l'après-midi.
Son copain, elle a rappelé, qu'elle me dit.
De la veille, elle s'excuse paisiblement.
Même si ce fut, pour elle, un doux moment,
Sans doute, elle s'est laissée emportée,
Sans, de ses gestes, imaginer la portée.
Elle s'excuse, encore une fois,
Et je suis de nouveau seul, avec moi.

Girls are like that, my friend.  If you don't care, they make you a foolish.  Now, I am tired.  I will let you live.  I assume you know the same things than me.

Quel sale été, j'ai passé.
J'étais si souvent déprimé.
Pour elle, je me serais consumé.
Le temps, par l'oubli, a tout arrangé.
 
This jerk was just too friendly.  He spend more time with other employees than he worked himself.  He was acting like an ex-prisoner coming back in real world, enjoying liberty as a way to have more and more friends.  And he discovered that he was sympathetic.  But, where is the job in that?  Too, late, we loose it.  Lucky, I prepared the exit and we came back to studies.  A Master degree requires usually two years of studies and may give a better job.  We will try it.

L'université, un monde à connaître.
Plein de gens, un lieu où renaître.
A l'école, des amis sympathiques.
Et le soir, dans des lieux publics,
Un bar dansant comme le Clandestin,
Et quelles rencontres, c'est très bien.

Il suffit d'y aller quelques années,
D'en devenir un des nombreux habitués,
D'attendre patiemment les circonstances,
Et d'y apprendre simplement la danse.

Longtemps, je suis resté dans un coin,
Dansant parfois, selon les besoins.
Pendant des jours, des mois, des années,
J'ai attendu, et c'est finalement arrivé.

Tout a recommencé en quatre-vingt trois,
Une bonne année, très bonne, ma foi.

Et tout d'abord, près d'un terminal,
A Poly, des inconnus qui parlent.
Une fille que j'ai vu danser souvent,
Me parle de son frère, un étudiant.
Au Clan, plus tard, je la revois,
Et à danser, elle m'invite, parfois.
Et c'est ainsi, Annie,
Que nous devenons amis,
Que la complicité s'établie,
Que le ciment de l'amitié durcit.

Tu as pour toi ta jeunesse,
Ton effronterie, ton impolitesse,
Ta façon de parler à tout le monde,
Sans briser un seul coeur à la ronde.
Combien de fois m'a-t-on mis en garde?
Je leur ai dit que cela me regarde,
Que de te connaître, je suis heureux
Mais, sur leurs conseils, je ne suis pas amoureux.
Dire que tu aurais pu me séduire,
En cendres, mon coeur réduire.
Mais ta franchise et ton impétuosité,
Sauront toujours me protéger.
 
Yes, I remember that girl.  She knows nothing in computer, at a level such that she even wanted me to write a program for her computer course.  Also, because I was a computer maniac, she believed in Miss Watfiv and me.  Miss Watfiv, what a joke.  I don't really need a girl, just some glory and a good job.  What would I do with a girl?  Just to forget that I was once a virgin?  O.K. for that!  I will advise you when I will be ready.  I will choose the girl, but don't care if you are not in love with her.

Et les semaines, les mois s'enchaînent.
Je rencontre cette fille des Plaines,
Une rencontre d'un soir, une conquête rapide:
Je l'invite à danser, d'un compliment insipide.
Toute la soirée, ensuite, nous bavardons.
Et vers sa chambre, ensuite, nous montons.
«Pas le premier soir», dit souvent la rumeur.
Et ce fut là, certainement, l'erreur.
Car après un baiser vite échangé
Devant l'ascenseur qui va l'emporter,
Nous nous disons à la prochaine,
Et timidement, je pense que je l'aime.

Maybe, you love her.  Probably, you are timid.    Remember when you saw her for the second time, three days later.  As we act now, I made the first step during a date while you are ill at ease.  But, you know that you forget to get dressed conveniently!  What a beautiful white robe she had, and what a dirty t-shirt we had, with no style.  I gave her a kiss, but you had to continue, to talk and dance with her.

Une belle robe blanche, un superbe maquillage.
J'ai l'air d'un clochard suivant son sillage!
C'est fou ce que l'on peut être mal à l'aise,
Moi dans la boue, elle sur une chaise.
Je suis bien propre, pourtant,
Et je tiens le coup un bon moment,
Jusqu'à ce que mon savant, mon autre moi,
Rencontre un ami, lui propose de sang froid...

«So, you are interested to buy my old personal computer?  Let's talk about that.  I'm all opened to discussion.  It is not necessary to talk louder than that, as the D.J. is now playing a slow.»  What a hell, I didn't convince him to buy that machine.

Quel con j'ai été, ce soir-là,
Parler affaires quand elle était là,
A m'attendre, seule, près de la piste,
Pour ensemble danser, sans que j'insiste.
Un ami, finalement, s'approche d'elle,
L'amène danser, la prend sous son aile.
Une autre que je devrai oublier,
Est-ce que je deviens fou à lier?
 
Don't be so silly, my friend.  She shared her room with another girl.  And you lived at one half hour from this place.    Now, you know the «technique» to meet girls, so, we are ready for the next one.

And she came some weeks after that.  The words she said, after she learned our name: «Gosh, my own name is Denise».  And, as you knew the next day, she was ready to have any guy in her bed, just to have as much as she can.  And, how did you learn that?  With the guy that thought you knew her, and spent that night with her!  He was not interested to her, but, I spotted her for you.  One month later, I got her.  I, not you, made the job, for that you could not be started as you were too stressed to be present.  And I found no joy in that.  Anyway, you wouldn't be in love with a girl that has a collection of guys in her bed.  Your dirty song may begin with those verses:

With a prostitute,
I made my debuts...

Don't bear a grudge against me.  You were not in love with her.  This was in May and, 6 weeks later, you still believed that you were in love, but with another girl.  This time, (You are a joker, do you know?), you were only jealous about another guy, a friend of me.  Remember how much you drunk, that night.  Why?  Because you believed that she would kiss you if you were acting as if you had trouble, like she does with my friend.  You drunk so much that you were sleeping in the middle of a street.

Anyway, she was not for you.  Just like the next one.

J'ai souvenir encore d'un soir d'été,
De cette fille que j'invitai à danser,
Aussi blanche qu'une colombe,
Comme si elle sortait de sa tombe.
«Pas cette fois», m'avait-elle dit.
Et ce fut plutôt l'autre vendredi.
J'étais avec quelques connaissances,
Quand vers moi elle s'avance.
Je la reconnais, lui montre le chemin,
L'entraînant, la main dans la main.
Au retour, de Casanova serai qualifié,
Parce qu'une fille était venu m'inviter!

Ce slow me fut pourtant bien désagréable,
Comme si elle se voulait détestable,
Changeant constamment de position,
Mal à l'aise selon mon opinion.
Une fois les trois pièces terminées,
Nous avons ensemble un peu parlé.
Quelques mots sur ses rêves.
Cette histoire ici s'achève,
 
Voilà ce qu'alors je me suis dit,
Ignorant qu'un avenir était prédit.
A son groupe d'amis, je l'ai laissée,
Et en fin de soirée, l'ai saluée.

Le hasard l'avait mise sur ma route,
Pour nous unir, elle et moi, sans doute.
D'abord, en nous rapprochant au Clandestin,
Puis, en la ramenant encore sur mon chemin,
Un dimanche soir, rue Saint-Denis,
Où nous nous revîmes sous la pluie.
De nouveau, nous n'avons fait que parlé,
Et pour la première fois l'ai ramenée.

L'été, tout doucement, est passé,
Nous nous sommes liés d'amitié.
Et quand je croyais d'elle être en amour,
Sur terre, elle me ramenait le même jour.
Et qu'avait-elle donc pour m'attirer?
Rien, si ce n'est son originalité.
Et ceci est bien de bon aloi
Pour un excentrique comme moi!
Mais, ce qui compta le plus dans la balance,
Fut, je le crains bien, son absence.
Car elle fut partie durant trois saisons,
Avant de revenir à la maison.
Certes, chez moi elle vint, plusieurs fois.
Au milieu de la nuit plus d'une fois.
Mais, à un seul instant j'osai la touchai,
Ses cheveux, doucement, je caressai.
Pourquoi, alors paniqua-t-elle?
Comme si j'étais un obsédé sexuel?
D'où me vint cette idée d'être amoureux
D'une fille qui point de moi ne veut?
D'une fille qui poussa l'indécence si loin,
Qui d'un homme m'avoua-t-elle avoir besoin,
Comme si j'étais cet être tant recherché,
Alors que je ne me sens pas vraiment impliqué?

A quoi bon continuer à conter ainsi ma vie,
Qui doit être d'un ennui infini!
Que d'histoire de faux amour qui s'enchaînent:
On se reprendra à la prochaine.
Comme si, à force de faux départs,
A force d'être toujours en retard,
Je voudrais tout abandonner,
Simplement parce que je ne sais pas donner.

Connaîtrai-je jamais le vrai amour?
Celui de se donner sans compter chaque jour,
Etre plus qu'un jouet qui l'amuse le vendredi,
Etre plus qu'un ami dans une trop longue série?
 
Pourquoi mon moi savant me laisse-t-il exister,
Alors qu'il pourrait tout contrôler?
Il n'aurait qu'à s'asseoir et programmer,
Trouver un employeur et les chèques encaisser?

And being a machine that works alone,
With some ideas and a T-bone.

But, it is too late, now.  You are alive and kicking, my dear me, my emotive part.  You are now living during about half of my life.  The proof?  I spent four years to complete a two years degree.  Half for me, half for you.  You must find love, for us.  I even made the computation: a week is 168 hours.  We sleep 62 of them so we have 106 to share.  I can take 40 to work and 10 more to go and come from work, which let you 56 hours to live.  If you do not find the girl of your dreams, you will spend your time crying.  And, this is bad for you.  It also makes our body tired, and me unable to work.

I want both of us to live, I have no choice.  Moreover, to keep a job, I must have twice the efficiency of a normal person.  I can do that only if we are in shape, that is if you are happy.    And, because you are very sensible, very emotive, you can be happy only with a true girl friend, not just a girl to kiss you once a week and forget you after that.  So, be present the next time I will talk to a girl.  Only you can look into her soul and know if she is just a face, or a really someone.  And be sure she wants children.  They are gleams of eternity, the only part of us that will survive through ages.

Les enfants, mon rêve ultime,
Avoir enfin une famille intime.
Les seuls êtres avec qui je m'entende,
Et qui, sans préjugé, me le rendent,
Sans se préoccuper que j'aie l'air farfelu.
La seule communication que j'aie reçue.

Good luck, myself.  Our future is in you timid hands.


Denis ... et Denis

Vers juin ? 1986

Index des poèmes